Recevez notre news letter

Goldfarmer- Benjamin Saint-Maxent- vernissage jeudi 20 octobre
01/04/2016

 

labo-HO#9web11

Le travail de Benjamin Saint-Maxent relève d'un certain goût pour l'étranger et pourrait se résumer par la définition d'une pratique spécifique à l'ethnotourisme, c'est à dire la mise en scène de la tradition et du mythe à l’usage du touriste.C'est cette quête de l'exotisme qui le pousse à multiplier les expériences empiriques au sein de territoires lointains : la forêt Amazonienne, les montagnes Boliviennes, le hood de Miami ou encore la ville de Shanghai.Durant ces déplacements, il opère un travail de collecte de "ready-made exotiques" en adoptant la posture du touriste professionnel passionné d'ethnologie. Ces objets et images sont ensuite mis en étalage dans des showrooms à tendance commerciale et muséale qui surfent, à l'instar des nombreuses productions visuelles contemporaines, sur nos envies d'authenticité et de spiritualité.

Le projet Goldfarmer est né d’un croisement entre l’ouvrage l’enfer du pacifique  d’Edmond Demaître écrit en 1935 et le phénomène de détournement à des fins lucratives de la pratique du farming*dans les jeux vidéo. Plus largement, il s’agit d’une réflexion autour de la définition de l’explorateur au XXIème siècle.

L’enfer du pacifique  est un livre qui raconte les aventures d’Edmond Demaître en Nouvelle-Guinée aux cotés des chercheurs d’or et des indigènes de Papouasie à la fin du 19ème  siècle. L’auteur décrit avec précision les rapports de pouvoir et d’argent et la tragédie humaine que la rencontre entre ces deux mondes a engendrée.

Goldfarmer fait référence à la pratique du farming*et à ceux que benjamin Saint–Maxent considère comme les nouveaux chercheurs d’or. Depuis que les jeux en ligne ont intégré la possibilité de s’enrichir par des transactions financières, les joueurs se rémunèrent par la revente d’argent virtuel et d’objets acquis dans les jeux en échange d’argent véritable via des sites d’enchères. Il existe de nouveaux marchés émergents, un cours de l’or virtuel et une bourse dédiée.

Pour le projet Goldfarmer,  il s’empare de cette mutation de l’exploration du réel vers le virtuel en créant un ensemble d’œuvres inédites qui interrogent notre relation ambiguë pour cette quête de l’exotisme. Il présentera notamment une réédition de l’enfer du pacifique en remplaçant les illustrations de l’époque par celles empruntées aux mondes virtuels actuels qui s’en inspirent.

 *Le farming est, dans un jeu vidéo, la pratique qui consiste à passer la plupart du temps de jeu à récolter de l’argent, des objets, ou de l’expérience en répétant sans cesse les mêmes actions, en visitant les mêmes donjons ou en tuant le même groupe de monstres dans le but de s’enrichir/monter en niveau rapidement. (Définition wikipédia)

www.bensaintmaxent.com

Marseilleexpos
25/03/2008

La galerie HO est membre de marseilleexpos
Retrouvez l'actualité de l'art contemporain à Marseille sur le site:

www.marseilleexpos.com

 

Labo Ho